Ostéopathie : Mieux comprendre l’ostéopathie structurelle

Ostéopathie Structurelle

 L’ostéopathie agit sur trois grandes sphères que sont l’ostéopathie structurelle, l’ostéopathie crânienne et l’ostéopathie viscérale.

 Qu’est-ce que l’ostéopathie structurelle

L’ostéopathie structurelle est l’une des parties les plus importantes de l’ostéopathie et se concentre principalement sur la résolution des problèmes liés à l’appareil locomoteur (os, articulations, ligaments et tendons, muscles et fascia). En utilisant une technique manuelle, l’ostéopathe ne soulage pas seulement la douleur, mais affecte également la cause immédiate de la maladie, et traite ainsi la maladie et pas seulement ses conséquences. L’ostéopathe connaît parfaitement la structure et le fonctionnement de tous les organes et systèmes en norme et en pathologie et la biomécanique de toutes les articulations du corps humain. Cela permet d’identifier avec précision toute violation de leur mobilité et de prendre en compte toutes les caractéristiques individuelles du patient, de corriger les troubles avant qu’il y ait des signes évidents de la maladie.

On va s’intéresse ici tout particulièrement à l’ostéopathie structurelle, cette partie est fondamentale et s’intéresse comme son nom à la structure du corps humain, autrement dit aux os, articulations et muscles du corps.

L’approche de l’ostéopathie structurelle

On parle d’approche mécaniste du corps humain, et celle-ci vise principalement le système musculo-squelettique, les muscles, les vertèbres, les articulations et les ligaments.

Lors de l’examen des patients, l’ostéopathe détermine la zone où, pour une raison quelconque, il y a eu violation ou limitation de la mobilité des surfaces ou tissus articulaires et rétablit la mobilité normale en utilisant des techniques spécifiques.

Le rôle de l’ostéopathe va être de tester mécaniquement toutes ces structures, le but étant de mieux en comprendre les interactions et donc d’apporter un traitement qui harmonisera les structures les unes par rapport aux autres.

L’ostéopathie structurelle en pratique

Son terrain de prédilection est le système osseux, articulaire…l’ostéopathe  qui utilise cette approche va principalement s’intéresser aux problèmes de tendinite, lumbago, torticolis, pubalgie etc…

Cela ne veut pas dire que cette sphère de l’ostéopathe peut être dissociée de l’ostéopathie viscérale et/ou crânienne, car comme le disait le père fondateur de l’ostéopathie Andrew Taylor Still : «  Le corps est un tout.»

Le traitement comprend un ensemble de techniques ostéopathiques structurelles par lesquelles l’ostéopathe est capable d’éliminer les troubles fonctionnels au niveau des articulations articulaires et musculo-ligamentaires. En pratique, les ostéopathes utilisent un long levier, c’est-à-dire l’impact sur la colonne vertébrale à travers les membres et le torse. Les méthodes de manipulation de l’ostéopathie sont très prudentes et douces. Au cours de la première séance, l’ostéopathe, après avoir identifié les violations, même minimes, à l’aide de tests diagnostiques ostéopathiques spéciaux, effectue un ajustement, rétablit les relations anatomiques normales, soulage les tensions et spasmes des structures myo-fasciales (muscle-tendon), améliore la circulation sanguine et lymphatique et optimise les innervations.

Par exemple dans le cas de traitement d’une constipation, l’ostéopathe va nécessairement s’intéresser à la correction si besoin des vertèbres lombaires (vertèbres du colon.)

De la même façon, il n’est pas concevable de traiter les vertèbres du colon sans vérifier le bon équilibre du MRP autrement dit le lien crâne-sacrum.

Aussi lorsque l’on s’intéresse à cette sphère qu’est l’ostéopathie structurelle, on entend parler de trust.

Les Techniques de l’ostéopathie structurelle

L’ostéopathe dispose d’une palette de technique permettant de soulager les douleurs dont souffrent ses patients.

Les Trusts

On entend par trust ou encore HVBA ( High Velocity Trust ou Haute vélocité Basse Amplitude ) des manipulations rapides des vertèbres et articulations, connus sous le nom fameux des techniques qui font craquer.

Il existe cependant des techniques plus douces pour traiter le système ostéo-articulaire, et il est évident que ces techniques de trust ne conviennent pas à des publics fragiles tels que les personnes âgées ou encore les nourrissons.

Ostéopathie Structurelle : L’intérêt du TRUST

La pratique consiste, de la part de l’ostéopathe, à amener l’articulation qu’il souhaite traiter au maximum de son amplitude, et ensuite dès que la barrière motrice est atteinte, on effectue un trust qui a un effet surprise sur le système nerveux, cela conduit une fois la mobilité retrouvée à la libération de l’ensemble de la zone.

Bien entendu le craquement est parfaitement indolore pour le patient.

Les ostéopathes sont partagés sur l’utilisation des trusts, même si leur enseignement dès les premières années de formation en ostéopathie, les praticiens disposent suffisamment large pour soulager leurs patients dans les meilleurs conditions.

On l’a vu précédemment en plus de la sensibilité des ostéopathes à utiliser ou non les trusts pour traiter leurs patients, comment font-ils pour soigner des patients sur lesquels les trusts ne sont d’aucune utilité car trop fragiles comme les personnes âgées ou les nourrissons ?

Les techniques d’énergie musculaire et Ostéopathie Fonctionnelle

Le rôle des muscles dans le corps est de faire le lien entre différents segments osseux et permettre la mobilité du corps via les articulations.

L’ostéopathe est fin connaisseur de l’anatomie du corps humain, et grâce à cette connaissance précise,  l’ostéopathe effectue un contre-appui selon un axe précis en fonction de l’articulation à corriger.

Ces pratiques se font soient assises, allongées.

Dans le cas de l’ostéopathie fonctionnelle, l’ostéopathe utilise ses mains pour rechercher les causes de la douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *